Des collègues s’engagent pour créer de l’emploi !

Pourquoi ces parrainages solidaires ?

Il suffit de se souvenir de l’époque où nous avons passé le concours (quand nous attendions anxieusement la diffusion du nombre de postes au capeps), ou encore de se rappeler le désarroi en découvrant la barre du mouvement inter lorsqu’on est en région parisienne et qu’on attend longuement son billet retour pour la Bretagne, ou enfin de vivre dans l’attente d’un poste stable quand on est TZR depuis des années…
Pour ces raisons qui touchent aux personnes tout autant que pour une meilleure qualité d’un service public, assuré par des personnels bien dans leur peau et dans leur métier, nous avons proposé aux équipes EPS de « parrainer » la création d’un poste fixe là où les besoins le justifient.

L’objectif est
double :

1) Infirmer ou pas…la communication ministérielle qui consiste à asséner que 90% des enseignants approuvent la politique de Jean Michel Blanquer… (Séquence à l’assemblée de 50’’, à voir ici) en montrant que des équipes préfèrent créer de l’emploi plutôt que d’absorber les besoins par plus d’HSA.

2) Humaniser et rendre visible la solidarité professionnelle : il ne s’agit pas de refuser « par principe » les HSA mais bien de permettre une amélioration du service public et de la vie de nos collègues ou futurs collègues. Avec l’espoir non dissimulé que les premières « équipes parraines » donneront envie à d’autres de les suivre.

Cela peut vraiment peser sur la décision finale ?

En forcant l’administration à voir que les équipes veulent créer un poste plutôt que d’avoir des HSA, un Bmp, un stagiaire…Cela donne de la force et de la légitimité aux équipes ainsi qu’aux représentants qui siègent dans les instances pour arracher ces postes (Notamment lors du Comité Technique Académique du 26 mars où seront actées les créations/suppressions de postes).

C’est aussi un levier de médiatisation pour mettre les dirigeants devant leurs responsabilités: les équipes souhaitent créer de l’emploi de qualité. L’administration le veut-elle aussi ou au contraire favorisera-t-elle plus de surcharge pour les uns et de précarité-chômage pour les autres ?

 

Le soutien des collègues et des parents d’élèves  à ces équipes est clair ! Plus de 250 personnes ont signé la pétition qui sera remise à la Rectrice lors du CTA.

Vous voulez participer ?

Rien de plus simple: contactez-nous et nous vous dirons comment procéder.

 



Foire aux questions sur le parrainage-solidaire

– Question : On
souhaite parrainer, mais ne risque-t-on pas d’être embêté.es par
l’administration, car nous ne respecterions pas notre devoir de réserve ?

– Réponse : Tout d’abord, le devoir de réserve est issu d’une jurisprudence qui est instrumentalisée pour faire peur mais qui a peu d’effets sur les enseignants (du moins encore pour le moment, et c’est d’ailleurs pour cela que M.Blanquer souhaite faire une nouvelle loi). De plus, en dehors des cours, nous avons comme tout citoyen un droit d’expression libre. Enfin, demander la création d’emploi…c’est la « priorité absolue » du gouvernement (voir ici la déclaration du ministre de l’économie). Bref, toute remarque visant à vous intimider serait sans fondement juridique et sans légitimité.


– Question : Le fait de parrainer une personne en
particulier, n’est-ce pas revendiquer un recrutement arbitraire, sur profil ou
selon des affinités, que la FSU critique par ailleurs ?

Réponse : Effectivement,
le Snep et la FSU refusent les recrutements arbitraires et défendent
l’application d’un barème juste et transparent. C’est pourquoi nous écrivons
« Pour des collègues COMME Jean-Michel» et non « POUR Jean-Michel».
Toutefois, l’affichage d’un vrai collègue ou étudiant nous semble intéressant
pour humaniser et rendre plus concrètes les demandes.


– Question : Dans notre équipe, nous sommes 3
enseignant.es à vouloir parrainer mais il y en a un.e qui ne le souhaite pas.
Que pouvons-nous faire ?

Réponse : Chaque contexte d’équipe est différent. Cette
situation est évidemment plus délicate. Si vous estimez que votre parrainage est
néanmoins nécessaire (et que vous êtes en majorité), nous vous proposons de
remplacer « Toute l’équipe EPS » par « les enseignants d’EPS »,
afin de respecter le choix de chacun.e.


– Question : Est-ce que je peux parrainer si je souhaite
aussi accepter une HSA ?

Réponse :
OUI. Le parrainage ne consiste pas à dire que les HSA sont à refuser par
principe. Il consiste à afficher le refus des HSA qui empêchent l’emploi. Ce
n’est pas du tout la même chose d’accepter 1 HSA à 3 collègues (pour éviter un
BMP de 3h) que d’accepter 3 HSA à 4 collègues (12h) avec à coté un BMP de 8h
(ce qui empêche la création d’un poste à 20h)….


– Question : On
préfère créer un poste mais si cela ne marche pas, on acceptera les HSA.
N’est-ce pas incohérent dans ce cas d’engager un parrainage ?

– Réponse: Biensûr que non. L’administration mise sur notre
résignation pour que justement nous ne pensions même plus que d’autres choix
sont possibles. Par votre parrainage, vous faites déjà un acte fort, qui peut
certes en entrainer d’autres par la suite, mais c’est sur ce 1er acte
que nous nous focalisons aujourd’hui.


– Question : Pourquoi n’y a-t-il pas d’affichage ou de
logo syndical ? N’est-ce pas un peu hypocrite ?

– Réponse : Vu que les parrainages seront sur notre site et que c’est le Snep-Fsu qui lance cette proposition, il y a peu de risques qu’on soit taxé d’hypocrisie ! En revanche, nous avons voulu permettre à toutes et tous de prendre part à cette initiative solidaire. Et même si nous encourageons chacun à adhérer au Snep, nous ne sommes pas sectaires et avons pleinement conscience qu’on peut être solidaire, engagé sans pour autant vouloir « s’afficher Snep-Fsu ». C’est pour cela que nous n’avons pas mis, par défaut, de logo Snep-Fsu. Mais si vous le souhaitez, aucun souci !


– Question : On nous dit que créer un poste ne serait pas
pérenne car il y a un agrégé ou un temps partiel….

– Réponse : Les meilleures comme les pires raisons peuvent parfois être invoquées pour refuser de créer un emploi. Aussi, pour éviter les postures idéologiques, nous étudierons tous les cas où 17h d’EPS sont présentes. S’il est toutefois vrai qu’il peut y avoir aussi de bonnes raisons pour ne pas en créer (plusieurs temps partiels qui sont amenés à cesser à très court-terme…), nous préférons le vérifier par nous-mêmes, car nos critères ne sont probablement pas les mêmes que ceux retenus par l’administration. Pour nous, c’est l’humain et la qualité du service public qui priment sur les coupes budgétaires… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *