Pour un élève compétent en EPS_Colloque organisé par le Snep Bretagne à l’ENS Rennes le 22-02-18.

Nico HIRTT nous dresse une vision éclairante et préoccupante de « l’école en marché », entre Compétences et Compétition.

Une analyse historique, engagée et argumentée sur la notion de « compétence », avec ses déclinaisons dans le champ éducatif et ses conséquences sur le modèle d’école et de société qui est recherché. Une analyse pour mûrir sa réflexion et des outils conceptuels pour agir en fonctionnaire responsable et défenseur d’un service public accessible à toutes et tous…

Le programme de cette journée :

bul-présentation-journée-EPS_Rennes_-fév-2018.pub_

La pédagogie et les Apsa au coeur du métier

Le coeur du métier des enseignants d’EPS consiste à enseigner des connaissances et compétences en s’appuyant principalement sur les pratiques physiques, sportives et artistiques.

Bien que les rapports de jury de concours (notamment au Capeps externe) mentionnent systématiquement des lacunes dans la maitrise des APSA (Capeps externe 2017: « Le.la candidat.e présente un très faible niveau de connaissances sur l’APSA et utilise un vocabulaire culturellement inapproprié… »; Capeps Externe 2018: »Les connaissances liées à l’A.P.S.A. sont insuffisantes… », la formation continue dans les Apsa a quasiment disparu du PAF dans notre académie Bretonne.

Ne pouvant et ne voulant nous y résoudre, nous interpellons de façon régulière le Rectorat pour remédier à ce paradoxe incompréhensible.

En attendant que nos revendications aboutissent, nous avons fait le choix de proposer, par le canal syndical, des temps d’échanges et de pratiques concrètes autour des APSA. Nous en livrons sur notre site quelques traces, à toute la profession (syndiquée ou non).

Pour accéder au site du centre EPS et Société, cliquez sur l’image ci dessous :

Stage Arts du cirque 22 et 23 novembre 2018

Un grand Bravo à Dimitri DROUJININSKY pour avoir permis à une trentaine de collègues de s’initier avec plaisir aux arts du cirque, en développant une approche pédagogique originale et très stimulante.

Nous le remercions chaleureusement d’avoir en plus complété son intervention des documents suivants :

Stage Course d’Orientation 01 et 02 avril 2019: milieu forestier et urbain

Un grand merci à Martin MOTTET et Julien SALLIOT pour la qualité et la quantité du travail fourni. Plus de 35 collègues ont pu bénéficier de ce stage de très haut niveau !

Leur démarche d’enseignement est expliquée ici.

Un diaporama synthétique portant sur les objets d’enseignement choisis et sur la méthodologie de traçage.

Les documents pratiques:

Les tutoriels techniques:

Les logiciels présentés et utilisés lors du stage:

Des exercices de simulation (très utile notamment en cas de mauvaise météo):

Pour aller plus loin:

-Pour aller plus loin, vous trouverez des articles professionnels ainsi qu’un exemple de protocole de sécurité CO (pour l’académie de Nantes) disponibles au téléchargement en vous rendant ici :

https://www.univ-nantes.fr/site-de-l-universite-de-nantes/m-martin-mottet-1359147.kjsp

S’il y a un seul article à lire, c’est celui qui résume la démarche que nous vous avons présentée.

  • Mottet, M., Salliot, J. & Testevuide, S. (2017). Quelles démarches d’enseignement de la CO?, Revue Contrepied, Hors série n°17 Course d’Orientation. 28-30. [pdf]

A voir également un exemple de protocole académique de sécurité (académie de Nantes) :

  • Mottet, M., Testevuide, S. & Chatonnay, P. (2018). Protocole de sécurité académique Course d’Orientation. Académie de Nantes [pdf]

Et plus récemment des idées pour mener des projets interdisciplinaires autour de la CO:

  • Mottet, M. (2019). Interdisciplinarité : décloisonner sans s’égarer ! Revue Enseigner l’EPS, 277, 12-18. [lecture]

Des cartographes dans la région Grand-Ouest:

-Olivier Floriot (basé sur Rennes) principalement pour les cartes d’établissement.
– Eric Charles (basé sur Lorient), cartographe professionnel : http://www.coursedorientation56.com
Frédéric Simoneau (basé sur Joué sur Erdre), cartographe professionnel : https://www.o2c-orga.fr

Des commerçants spécialisés, proposant des pinces, balises, papier étanche (prétex) et indéchirable (préac), etc…:

http://www.orientsport.fr/
http://www.airxtrem.fr/boutique/fr/


Remise des parrainages à la Rectrice lors du CTA du 26 mars 2019

Ce Comité Technique Académique, durant lequel les organisations syndicales font des propositions d’amélioration sur le projet des créations/suppressions de postes fut ubuesque à plus d’un titre.

1)Tout d’abord, il se tenait dans un contexte de graves régressions des services publics à travers le projet de loi dit « de transformation de la

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Fonction publique ». Ces attaques unanimement contestées par les organisations syndicales sont expliquées lors de la conférence de presse (vidéo ci-dessous) et dans notre déclaration unitaire FSU, SGEN, CGT, FO, SUD et UNSA.

2) Ensuite, il se tenait en sachant que la Rectrice quitterait ses fonctions quelques jours après…Une position pour le moins inconfortable pour cette dernière, avec qui nous avons certes de profonds désaccords, mais dont nous savons aussi qu’elle n’est qu’un maillon de la chaine dont nous devons nous libérer…

3) Enfin, il dévoile au grand jour ce qu’il faut entendre par « dialogue social ». En effet, malgré nos nombreuses propositions d’amélioration du projet (stabilisation des équipes, meilleur respect des volontés des personnels dans l’accueil de stagiaires…) et l’engagement des collègues pour favoriser la qualité du service rendu et réduire la précarité, le Rectorat n’a pris en compte quasiment aucune de nos propositions. Nous les avions pourtant bien mises en évidence…

Les équipes d’EPS solidaires, s’engageant pour créer des postes (Collèges de Bruz, de Bain de Bretagne, des Ormeaux, de la Binquenais, des Hautes-ourmes, de Betton, des Rochers-sévigné) étaient présentes dans la salle du Rectorat, juste en face de la Rectrice.

Nous avons rappelé à la Rectrice que ces créations étaient soutenues par des centaines de personnes (pétition géante ramenée aussi au Rectorat). Mais les réponses furent souvent les mêmes: « Dans notre cadre d’emplois, on ne peut pas transformer 6 HSA en HP » ou bien « C’est encore juste pour créer le poste, les effectifs ont certes augmenté mais peuvent baisser l’année prochaine, il vaut mieux attendre…« . En fait, à Bruz cela fait déjà 6 ans qu’ils attendent, et aux Ormeaux plus de 3; A la Binquenais, il y a eu 77 élèves de plus en deux ans… Bref, des arguments technocratiques que les services du Rectorat n’hésitent pas à retourner eux-mêmes quand cela les arrange…

S’il y a certes un dialogue (au demeurant courtois et avec des interlocuteurs avenants), il n’en reste pas moins que celui-ci est totalement tronqué par l’étau budgétaire laissant peu ou pas de place à la qualité du service public finalement rendu. C’est le règne du « cadre d’emplois« , comprenez le règne des 118,5 suppressions de postes décidées par le Ministère pour notre académie en 2019 !

Loin de nous résigner, cette attitude renforce au contraire notre conviction et notre détermination à tout mettre en oeuvre pour faire monter le rapport de force et obtenir de vrais progrès sociaux.

Avec un petit mot au dos…
Carte postale remise à la Rectrice

Nous ne lâcherons rien et pour le signifier une dernière fois à notre Rectrice, nous lui avons remis en fin de CTA les différents courriers des collègues ainsi qu’une carte postale où figuraient des visages souriants et pleins d’espoirs…

Parce qu’à la fin, c’est nous qu’on va gagner…

Les samedis de l’éduc’: un temps pour retrouver du commun, par delà les étiquettes.

Prochaine édition: samedi 30 mars 2019, dans la foulée de la Manifestation, avec prises de paroles et stands partagés.

RDV 14h30 esplanade Charles de Gaulle pour un départ en fanfare !

Le 23 mars, pour la 5ème édition: on préparait la Kermesse pour la Fête à Blanquer. On a commencé tranquillement avec quelques animations: Chamboultout, Fléchettes, Marelles, Tir aux postes, Chanson détournée…

Samedi 23 mars: en route pour la BlanKermesse !

Le 09 mars, se tenait le 4ème rendez-vous sur l’esplanade Charles de Gaulle. Suivi par une réunion publique co-organisée par la Fsu et la FCPE 35.

La presse en parle: Article du Télégramme.

Le 08 février, se tenait déjà le 3ème rendez-vous sur l’esplanade Charles de Gaulle. Un appel aux professionnels de l’éducation (enseignants, AED, Psy-EN, Infirmier.es, AESH), parents d’élèves, élèves, citoyen.ne.s pour se rencontrer et discuter autour d’un thème que nous considérons central pour construire une société répondant aux valeurs de la République : l’égalité, la fraternité, la laïcité et la liberté. L’objectif est de défendre une éducation nationale de qualité, améliorant les conditions de travail (s’accompagnant d’une revalorisation immédiate des salaires), de refuser les réformes Blanquer, et de remettre en question le projet de l’école du socle.

Des collègues s’engagent pour créer de l’emploi !

Pourquoi ces parrainages solidaires ?

Il suffit de se souvenir de l’époque où nous avons passé le concours (quand nous attendions anxieusement la diffusion du nombre de postes au capeps), ou encore de se rappeler le désarroi en découvrant la barre du mouvement inter lorsqu’on est en région parisienne et qu’on attend longuement son billet retour pour la Bretagne, ou enfin de vivre dans l’attente d’un poste stable quand on est TZR depuis des années…
Pour ces raisons qui touchent aux personnes tout autant que pour une meilleure qualité d’un service public, assuré par des personnels bien dans leur peau et dans leur métier, nous avons proposé aux équipes EPS de « parrainer » la création d’un poste fixe là où les besoins le justifient.

L’objectif est
double :

1) Infirmer ou pas…la communication ministérielle qui consiste à asséner que 90% des enseignants approuvent la politique de Jean Michel Blanquer… (Séquence à l’assemblée de 50’’, à voir ici) en montrant que des équipes préfèrent créer de l’emploi plutôt que d’absorber les besoins par plus d’HSA.

2) Humaniser et rendre visible la solidarité professionnelle : il ne s’agit pas de refuser « par principe » les HSA mais bien de permettre une amélioration du service public et de la vie de nos collègues ou futurs collègues. Avec l’espoir non dissimulé que les premières « équipes parraines » donneront envie à d’autres de les suivre.

Cela peut vraiment peser sur la décision finale ?

En forcant l’administration à voir que les équipes veulent créer un poste plutôt que d’avoir des HSA, un Bmp, un stagiaire…Cela donne de la force et de la légitimité aux équipes ainsi qu’aux représentants qui siègent dans les instances pour arracher ces postes (Notamment lors du Comité Technique Académique du 26 mars où seront actées les créations/suppressions de postes).

C’est aussi un levier de médiatisation pour mettre les dirigeants devant leurs responsabilités: les équipes souhaitent créer de l’emploi de qualité. L’administration le veut-elle aussi ou au contraire favorisera-t-elle plus de surcharge pour les uns et de précarité-chômage pour les autres ?

 

Le soutien des collègues et des parents d’élèves  à ces équipes est clair ! Plus de 250 personnes ont signé la pétition qui sera remise à la Rectrice lors du CTA.

Vous voulez participer ?

Rien de plus simple: contactez-nous et nous vous dirons comment procéder.

 



Foire aux questions sur le parrainage-solidaire

– Question : On
souhaite parrainer, mais ne risque-t-on pas d’être embêté.es par
l’administration, car nous ne respecterions pas notre devoir de réserve ?

– Réponse : Tout d’abord, le devoir de réserve est issu d’une jurisprudence qui est instrumentalisée pour faire peur mais qui a peu d’effets sur les enseignants (du moins encore pour le moment, et c’est d’ailleurs pour cela que M.Blanquer souhaite faire une nouvelle loi). De plus, en dehors des cours, nous avons comme tout citoyen un droit d’expression libre. Enfin, demander la création d’emploi…c’est la « priorité absolue » du gouvernement (voir ici la déclaration du ministre de l’économie). Bref, toute remarque visant à vous intimider serait sans fondement juridique et sans légitimité.


– Question : Le fait de parrainer une personne en
particulier, n’est-ce pas revendiquer un recrutement arbitraire, sur profil ou
selon des affinités, que la FSU critique par ailleurs ?

Réponse : Effectivement,
le Snep et la FSU refusent les recrutements arbitraires et défendent
l’application d’un barème juste et transparent. C’est pourquoi nous écrivons
« Pour des collègues COMME Jean-Michel» et non « POUR Jean-Michel».
Toutefois, l’affichage d’un vrai collègue ou étudiant nous semble intéressant
pour humaniser et rendre plus concrètes les demandes.


– Question : Dans notre équipe, nous sommes 3
enseignant.es à vouloir parrainer mais il y en a un.e qui ne le souhaite pas.
Que pouvons-nous faire ?

Réponse : Chaque contexte d’équipe est différent. Cette
situation est évidemment plus délicate. Si vous estimez que votre parrainage est
néanmoins nécessaire (et que vous êtes en majorité), nous vous proposons de
remplacer « Toute l’équipe EPS » par « les enseignants d’EPS »,
afin de respecter le choix de chacun.e.


– Question : Est-ce que je peux parrainer si je souhaite
aussi accepter une HSA ?

Réponse :
OUI. Le parrainage ne consiste pas à dire que les HSA sont à refuser par
principe. Il consiste à afficher le refus des HSA qui empêchent l’emploi. Ce
n’est pas du tout la même chose d’accepter 1 HSA à 3 collègues (pour éviter un
BMP de 3h) que d’accepter 3 HSA à 4 collègues (12h) avec à coté un BMP de 8h
(ce qui empêche la création d’un poste à 20h)….


– Question : On
préfère créer un poste mais si cela ne marche pas, on acceptera les HSA.
N’est-ce pas incohérent dans ce cas d’engager un parrainage ?

– Réponse: Biensûr que non. L’administration mise sur notre
résignation pour que justement nous ne pensions même plus que d’autres choix
sont possibles. Par votre parrainage, vous faites déjà un acte fort, qui peut
certes en entrainer d’autres par la suite, mais c’est sur ce 1er acte
que nous nous focalisons aujourd’hui.


– Question : Pourquoi n’y a-t-il pas d’affichage ou de
logo syndical ? N’est-ce pas un peu hypocrite ?

– Réponse : Vu que les parrainages seront sur notre site et que c’est le Snep-Fsu qui lance cette proposition, il y a peu de risques qu’on soit taxé d’hypocrisie ! En revanche, nous avons voulu permettre à toutes et tous de prendre part à cette initiative solidaire. Et même si nous encourageons chacun à adhérer au Snep, nous ne sommes pas sectaires et avons pleinement conscience qu’on peut être solidaire, engagé sans pour autant vouloir « s’afficher Snep-Fsu ». C’est pour cela que nous n’avons pas mis, par défaut, de logo Snep-Fsu. Mais si vous le souhaitez, aucun souci !


– Question : On nous dit que créer un poste ne serait pas
pérenne car il y a un agrégé ou un temps partiel….

– Réponse : Les meilleures comme les pires raisons peuvent parfois être invoquées pour refuser de créer un emploi. Aussi, pour éviter les postures idéologiques, nous étudierons tous les cas où 17h d’EPS sont présentes. S’il est toutefois vrai qu’il peut y avoir aussi de bonnes raisons pour ne pas en créer (plusieurs temps partiels qui sont amenés à cesser à très court-terme…), nous préférons le vérifier par nous-mêmes, car nos critères ne sont probablement pas les mêmes que ceux retenus par l’administration. Pour nous, c’est l’humain et la qualité du service public qui priment sur les coupes budgétaires…